Histoire du lait d’ânesse

bio-310

Origine du lait d’ânesse

Les propriétés diététiques et thérapeutiques du lait d’ânesse ont souvent été citées depuis l’antiquité en Egypte et en Occident.

En Egypte :

Cléopâtre, reine d’Egypte, préservait sa grande beauté et la jeunesse de sa peau dans des bains au lait d’ânesse. La légende dit qu’il ne fallait pas moins de 700 ânesses pour lui fournir la quantité de lait nécessaire.

En Occident :

Les romains utilisaient le lait d’ânesse pour ses vertus thérapeutiques et cosmétiques :

Poppée, épouse de l’empereur Néron  prenait des bains au lait d’ânesse afin de garder l’éclat, la beauté et la souplesse de sa peau.

Messaline, impératrice romaine, femme de l’empereur Claude 1er (10 av. J.C. : 54 apr. J.C.), réalisait des masques de beauté au lait d’ânesse sur son visage et sa peau.

En France :

François 1er, roi de France, suivant les conseils d’un médecin de Constantinople, il pratiqua une cure de lait d’ânesse, qui fit, selon lui, des miracles. Il dira par la suite : « Un jour d’une ânesse, le lait me rendit la santé. Et je dois à cette circonstance, davantage aux ânes qu’à la Faculté.« 

Pauline, sœur de Napoléon Bonaparte, aurait également eut recours au lait d’ânesse pour des soins de peau.

Le lait d’ânesse a aussi remplacé le lait maternel aux 19ème et début 20ème siècles, la mamelle de l’ânesse était directement présentée aux nourrissons. Dans les rues des grandes villes, les ânesses et les producteurs circulaient pour vendre leur breuvage aux  élégantes qui le consommaient régulièrement.