le lait de jument

bio-310

L’origine du lait de jument

Les bienfaits du lait de jument sont reconnus dans le domaine de la beauté et de la santé. Les chinois, les grecs et les égyptiens en connaissaient toutes les vertus curatives, revitalisantes, énergétiques et cosmétiques.

Les Mongols, ainsi que de nombreuses autres populations d’Asie Centrale, utilisaient le lait de jument depuis des milliers d’années. Ils puisaient force, énergie et longévité dans le lait de jument.

Au XIXe siècle

On utilisait le lait de jument comme lait de substitution au lait maternel.Très digeste, il soignait aussi les adultes qui souffraient de cirrhoses, d¹ulcères de l¹estomac, de gastralgies, d¹entéralgies chroniques, de constipation, d¹affections diverses de la vésicule biliaire et du pancréas.

En 1893, une étude rapporte d’excellents résultats obtenus dans les diarrhées rebelles. On le conseillait dans les cas de tuberculose, de coqueluche, de bronchite chronique et d¹asthme.

Dans le sillage de cette pratique, les laits d¹ânesse et de jument étaient encore donnés aux nouveau-nés dans certains  hôpitaux et maternités françaises comme celui de Saint-Vincent-de-Paul, Libourne ou du Mans jusqu¹au milieu des années 50.

Comme la réputation de vigueur et de longévité du peuple mongol trouvait son origine dans la consommation de lait de jument, un médecin russe  Postnikov, eut l’idée de l’utiliser dans un but thérapeutique, et notamment pour soigner la tuberculose. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un médecin allemand, le docteur Rudolph Storch, prisonnier de l’armée soviétique au Kazakhstan, découvrit à son tour les immenses propriétés du lait de jument. C’est après la seconde guerre mondiale qu’à son retour au pays, qu’il commença l’exploitation du lait de jument. De là, le lait de jument gagna l’europe et notamment l’Autriche, puis la France.

Laisser un commentaire